MARC-ANDRÉ LE TOURNEUX, photographe

VILLAGE EKASUP

_MG_9237244Z4549244Z4586_MG_9062_MG_9068 _MG_9220_MG_9190
Attitude !

 


244Z4652Spider man !

 

_MG_9120

_MG_9127

_MG_9153Préparation de la Banane (macérée pendant des années sous terre).

Preparation of Banana (macerated for years underground).

 

244Z4666 244Z4667 _MG_9134

244Z4673 _MG_9211 _MG_9217

Back Stage !

 

244Z4685 _MG_9226Bouteilles, accordées en Sol majeur.
Bottles, tuned in G major

 

Une réflexion au sujet de “VILLAGE EKASUP

  1. Hélène Fournier

    Aujourd’hui 26 janvier, suis revenue sur vos pas revoir ce village d’Ekasup. Comme dans un salto arrière, suis propulsée vers un ailleurs déroutant mais absolument fascinant. Je pourrais croire que je suis au cinéma. N’y suis pas! D’où la déroute et la fascination. Ne peux regarder les photos de la même façon. On me propose un voyage couleur liane. Un voyage tribal et archétypal. Je m’attarderai aujourd’hui à cette petite fille et à son frère qui tiennent le haut de l’affiche, leur prêterai quelques sentiments. Pour le plaisir de l’écriture. Tam-tam bisous!

    L’enfance! Assise aux côtés du père, l »enfant-fille offre un regard triste, inquiète. Est-elle consciente de ce qui l’attend.? Ces années de silence devant elle ,le départ du frère pour l’ailleurs. Le premier abandon. Se laisse aller sous l’œil attentif du photographe. S’abandonne quelques instants à peine, le temps de se laisser prendre par la main et de fuir , coûte que coûte , l’avenir qui appartient aux hommes de son village. Loin très loin dans sa tête. Ne pas savoir encore où est l’ailleurs, mais se laisser entraîner par le désir qui propulse loin des plages de sable et de la forêt qui prend tout sur son passage. La forêt qui donne à manger, la forêt sacrée, mais la forêt qui transforme également l’enfant frère en un adolescent différent, lointain. Rite de passage oblige. Pour lui, plaisir de l’arc et des flèches. Plaisir d’atteindre sa cible, plaisir encore plus fort de devenir sous l’œil du père un enfant homme. Sortir de la jupe de la mère comme d’une gangue devenue trop étroite, lui préférer celle plus légitime du père. Plaisir encore plus fort de la machette qui fait l’homme. Instantanément. Plaisir d’atteindre cette puissance venue avec la maîtrise de l’outil. En jouer encore mais sans le doux filtre de l’enfance. Accéder à un ordre supérieur et le savoir intuitivement. Changer sa démarche, redresser les épaules. Fier, très fier. se placer aux côtés du père, par choix maintenant. Devenu son égal, en savourer le changement. Ignorer l’autre, sa sœur, ses jeux qui ne sont plus les siens maintenant. Apprendre la danse du groupe et se placer entre les hommes de la tribu. À sa place, juste là où il doit être. Ne pas regarder vers l’arrière là où l’enfant sœur pleure. Juste redresser les épaules et regarder droit devant. Un homme parmi les hommes. Là est son avenir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *